Comment vaincre sa timidité? Les solutions pour s’en sortir

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Nombreuses sont les personnes qui se sentent oppressées par une certaine forme de timidité. Aussi personnelle soit-elle, chacun a connu des passages entravés par ce symptôme puissant qui brule progressivement la fleur de l’âme. Ainsi, dans cet article, nous appréhenderons cette souffrance sous tous les aspects. Nous envisagerons successivement ses symptômes, causes, conséquences… Bien évidemment, nous tacherons d’y developper des solutions précises qui seront… nous l’espérons… des réponses à ce sentiment néfaste.

Timidité Solution

Concrètement, qu’est ce qu’est la timidité ?

Véritablement, ce terme semble familier à chacun. Pourtant, il est important voir primordial d’y avoir une approche objective et même universelle. Chez l’humain, la timidité est désignée comme étant une forte réserve, un repli sur soi voire un sentiment d’insécurité que certaines personnes expérimentent lorsqu’elles se trouvent au contact de leurs semblables, qu’elles parlent à d’autres personnes, leur demandent des faveurs. Ainsi, la timidité est un trouble qui se manifeste lorsqu’on entre en contact avec d’autres personnes. Il se traduit par une grande gêne, un manque de confiance en soi, un manque d’assurance et d’aisance. La timidité est un sentiment d’insécurité et se traduit par la peur. Par ailleurs, pour mieux la comprendre et l’analyser, il est pertinent d’envisager successivement ses symptômes…

Les symptômes de la timidité

Les symptômes de la timidité sont facilement reconnaissables, surtout ceux physiques. Souvent il ne faut pas grand chose pour les déclencher.

La tension et l’anxiété en réponse à l’appréhension d’un résultat potentiellement négatif (échec d’une prestation orale, jugement négatif lors des nouvelles rencontres) provoquent une augmentation de l’excitation physiologique ainsi qu’une nervosité subjective. Les symptômes s’apparentent et sont familiers à ceux de l’anxiété :

  • • sensation de peur d’inquiétude, de panique ou malaise
  • • comportements d’inhibition pendant la plupart des interactions sociales
  • • palpitations cardiaques
  • • incapacité de réagir adéquatement lorsque la situation a lieu
  • • sueurs (mains moites, bouffées de chaleur…)
  • • nausées
  • • souffle court, bouche sèche
  • • douleurs dans la poitrine
  • • vertiges ou étourdissements
  • • picotements ou engourdissements dans les membres
  • • troubles du sommeil
  • • tensions musculaires
  • • sensation d’étouffement
  • • nervosité
  • • dos voûté
  • • tremblements
  • • tête basse avec les yeux qui regardent le sol
  • • diarrhée
  • • jambes qui flageolent

Souvent, l’anticipation d’une interaction sociale (peur d’avoir peur) suffit à déclencher une majorité de ces symptômes avant que l’interaction se produit vraiment.

Quelles en sont les causes de la timidité ?

La question intéressante à se poser résulte dans une certaine pensée inversée. Et justement : l’interrogation est de savoir ce qui peut bien se passer dans la tête d’une personne timide.

Les personnes concernées par ce sentiment réagissent directement face à leurs différentes peurs : la peur de parler en public, la peur des personnes, la peur du regard de l’autre ou d’être jugé etc… De ce fait, les occasions de rencontres, de conversations, de réunions, de discours ou de situations interpersonnelles peuvent être stressantes pour les timides.

Pour cet ensemble de raisons, les timides préfèrent les situations habituelles, intimes, formelles voire courantes.

Chaque personne normalement constituée connait deux possibilités : une overdose de pensées ou le désert complet, la page noire. En général, notre petite voix intérieure nous fait douter, nous critique, nous dévalorise… Dans des situations comme celles explicitées, elle prend le pouvoir sur nos actions et c’est là que la moindre chose devient compliquée et délicate.

  • • On a peur, on est angoissé et stressé
  • • On manque de confiance en soi
  • • On a des difficultés à communiquer (bégaiement, voix trop basse, voix trop haute, trop rapide,…)
  • • Des phrases qui n’ont pas de sens sortent toutes seules de notre bouche
  • • On a tendance à procrastiner et à ne pas passer à l’action
  • • Des pertes de mémoire temporaires sont fréquentes ou on peut devenir confus
  • • Nos gestes ne sont plus coordonnés et on devient extrêmement maladroit
  • • Regarder les gens dans les yeux est devient compliqué
  • • Une grande envie de fuir nous prend car on ne se sent pas en sécurité
  • • Agressivité non voulue
  • • Difficulté à partager ses opinons, ses idées
  • • Se mettre à pleurer…ou à rire nerveusement est aussi courant
  • • Eviter le contact avec les autres devient un véritable savoir-faire, même si on peut se sentir seul
  • • Quelquefois on ment pour éviter de se retrouver dans une situation inconfortable
  • • Parfois on peut se sentir triste et déprimé
  • • Jalouse, sous-estime de soi

Vous l’aurez compris, ces symptômes gâchent le quotidien des personnes timides. Un ensemble inconfortable qui nuit au bien-être de ces individus. Dans ce cas, quelles en sont les conséquences précises ? Que peut engendrer ce sentiment ? Dans le meilleur et le pire des cas.. Envisageons toutes les caractéristiques et possibilités.

Les conséquences dans la vie quand on est timide ?

Le fait d’être timide entraîne de nombreuses conséquences, en particulier dans le monde du travail :

  • • Il amène à subir des échecs sur les plans amoureux, social et professionnel
  • • A être moins aimé par les autres
  • • Conduit le timide à ne pas faire valoir ses droits, ses convictions et ses opinions
  • • Entraîne beaucoup de difficultés à communiquer
  • • Conduit le timide à ne pas chercher à occuper des postes plus élevés au travail
  • • Conduit le timide à ne pas être ambitieux, à être sous-employé et à rester sans succès dans son emploi
  • • Entraîne des problèmes de contact avec des gens de hiérarchie supérieure
  • • Aboutit à un développement de carrière limité

Heureusement, il existe des solutions pour ne plus subir tout ça. C’est ce que nous aborderons dans la suite.

Les solutions pour vaincre son anxiété sociale

Plusieurs études semblent démontrer que les thérapies cognitives et comportementales sont particulièrement efficaces pour combattre les phobies sociales ou la timidité. Elles visent des objectifs concrets et mesurables, explicités dès le départ dans le « contrat thérapeutique » établi de commun accord entre le psychothérapeute et son patient. Les thérapies cognitives et comportementales ne visent pas à modifier et changer en profondeur l’ensemble d’une personnalité à travers une cure longue et contraignante. Elles ont pour but de modifier un comportement qui gâche la vie de la personne, tout comme la timidité.

Les ingrédients et les variantes d’une thérapie:

Téléphoner, prendre la parole, commander au restaurant… lorsqu’on est timide, les situations les plus banales peuvent devenir de véritables épreuves. Souvent, il est très délicat de les surmonter… ainsi, une simple anxiété peut rapidement devenir véritable phobie sociale. Ce sentiment peut être très ravageur et amener successivement certainement personnes à se renfermer sur elles-même : s’isolant chaque jour un peu plus… La thérapie comportementale reste le meilleur moyen de sortir de ce cercle vicieux.

Dans un premier temps, sachez que les psychotérapeutes qui s’attaquent à la phobie sociale s’appuieront sur un ensemble de mesures complémentaires :

  • 1. La relaxation
  • 2. La modification des pensées
  • 3. L’apprentissage de la communication
  • 4. L’exposition graduée

Les approches cognitives et comportementales ont prouvé leur efficacité dans le traitement de la timidité.

Des thérapies spécifiques existent d’ailleurs, les variantes se multiplient de plus en plus. : hypnose, coaching, sophrologie ou encore l’art thérapeutique. En voici un explicatif précis.

L’hypnose

Pour bien comprendre ce qu’est l’hypnothérapie, il est intéressant de définir ce qu’est l’hypnose. Ce dernier est un état de conscience modifié, on parle alors de transe hypnotique. A l’inverse, l’hypnothérapie n’engendre pas de perte de contrôle de soi durant la séance. C’est cet état de conscience élargie qui permet de laisser de côté ses croyances limitantes.

Ses bien-faits

L’hypnothérapie connait de divers particularités. Effectivement, elle connait la possibilité de recréer des images, des sensations à l’intérieur du cerveau, celui-ci ne faisant pas la différence entre le réel (ce qui est vraiment vécu) et le rêve, les intentions. Ainsi, elle réconcilie le corps et l’esprit du sujet en modifiant profondément l’inconscient. Au cours de ce rendez-vous, des conseils variés peuvent être apportés.

Plus spécifiquement, l’hypnothérapie regroupe un ensemble très vaste de techniques. Dans les grandes lignes, elle peut servir à :

• Réduire le stress, l’anxiété, améliorer la confiance en soi, préparer un examen ou une épreuve importante, améliorer sa communication.

• Travailler sur les violences et les séquelles de traumatismes, lutter contre les addictions, faire face à des problèmes conjugaux ou familiaux lourds, des troubles sexuels, des névroses, des troubles du comportement, accompagner un deuil.

• Accompagner une chirurgie, un accouchement, un traitement pour soigner vos dents ou des acouphènes, soulager des douleurs chroniques, soigner une allergie.

En pratique, tous les domaines de la vie peuvent tirer profit de la transe hypnotique, d’une manière ou d’une autre… Cet ensemble, vous l’aurez compris, sont des caractéristiques de la timidité. Ainsi, l’hypnothérapie peut jouer un rôle majeur dans son émancipation.

Comment se déroule une séance d’hypnose pour la timidité ?

Concrètement, le praticien va, par sa voix et par un certain nombre d’exercices de visualisation ou de relaxation, placer son sujet dans un « état de conscience modifiée », un état dans lequel il ne sera plus tout à fait conscient, sans non plus être endormi. Le but est de couper l’individu autant que possible du monde extérieur et de tout ce qui peut venir altérer à la détente de l’esprit. Le but étant de plonger la personne concernée dans un état d’hyper-concentration, semblable à un état de transe. L’hypnothérapeute va alors pousser le sujet à entrer dans un dialogue avec lui-même et ainsi l’aider à trouver en lui-même des images inspirantes, sans rien lui imposer, sans lui donner de direction préétablie.

Grâce à ses compétences, l’hypnothérapie peut introduire des changements durables dans l’esprit de son pratiquant, en fonction des objectifs définis au début de la thérapie. Les missions et les bienfaits de l’hypnothérapeute sont très variables, et peuvent apporter de l’aide dans de nombreuses situations de souffrances psychologiques. Lors de la première séance, le praticien cherche à bien connaître la personne, à identifier sa problématique et les clefs qui vont pouvoir être utilisées pour y répondre. Ce premier rendez-vous est aussi l’occasion de déterminer le nombre de séances qui seront nécessaires pour obtenir des résultats.

L’art-thérapie

L’art-thérapie consiste à utiliser le processus créatif à des fins thérapeutiques. Plus précisément, c’est une technique thérapeutique se basant sur le langage créatif corporel, la création artistique. Ainsi, elle exploitera des propriétés dynamiques et sensorielles de l’Art dans une visée humanitaire et thérapeutique.

Quels sont ses bienfaits ?

L’art-thérapie peut apporter un éclairage sur nos potentialités, notre élan créateur et nous aide à approfondir notre connaissance de soi, grâce au jeu artistique. Elle a pour objectif d’améliorer la qualité de vie par la compréhension du soi, à travers une activité artistique comme le dessin, la musique, la danse, le théâtre ou encore la photo. Elle est particulièrement adaptée pour les personnes ayant des difficultés à exprimer ce qu’elles ressentent par la parole.

Pourquoi choisir cette forme de thérapie plutôt qu’une autre forme ?

Dans un premier, cette dernière permet de renouer avec la créativité, et de cheminer de manière légère et ludique. Son rôle est d’utiliser les voies de l’imagination tout en ramenant cet ensemble au corps, à la réalité, à « l’instant t ». En outre, elle révèle notre force créative et est capable de créer une forme d’art, tout en donnant de l’assurance dans l’expression de notre potentiel créatif. De ce fait, il est possible d’exprimer sa joie , ses émotions … tout en restant en contact avec son âme. L’art-thérapie ne nécessite aucune expérience artistique quelle qu’elle soit. Ainsi, il y aura plus de spontanéité. L’important est le processus en marche pas l’oeuvre produite. C’est le problème au début, les personnes cherchent à faire beau et bien… mais elles comprennent vite que ce n’est pas du tout le propos. L’important est dans le lâcher-prise.

En quoi l’art thérapie est-elle différente d’un cours artistique classique ?

Premièrement, il n’y a pas de modèle. L’art-thérapie est un espace hors champ socio-culturel et éducatif qui accueille la personne dans l’univers de la créativité, du bricolage créatif et poétique, pour le plaisir de faire, de faire dire et non le savoir-faire. On se libère de ce qui est produit ! Toutes les séances permettent de retrouver des parts de soi enfouies et d’ainsi développer son acceptation de soi. Un pas important pour vaincre toutes les formes de timidité.

Séance de coaching de développement personnel

Le coaching correspond à l’accompagnement d’une personne, dans l’élaboration, la réflexion et la mise en œuvre de ses projets personnels ou professionnels. C’est une relation d’aide et de soutien par un accompagnement individuel et personnalisé. Celui-ci est ainsi basée sur les actions que vous êtes prêts à mettre en place pour réaliser vos objectifs. Naturellement, il développera des questionnements vous amenant à la découverte de votre être intérieur, à un niveau supérieur de compréhension et de responsabilité. Successivement, cette relation sera orientée sur les solutions afin de s’intéresser plus spécifiquement aux méthodes d’une avancée active vers vos intérêts et objectifs précis. En outre, vous identifierez vos faiblesses, vos atouts et vos ressources dans le but de poursuivre votre processus d’évolution personnelle. Toujours, les séances d’accompagnement seront établies à votre rythme dans l’idée de vous pousser vers l’autonomie. L’échange humain est à la base de ce processus d’ouverture développé à partir du respect d’autrui. Le but étant de mieux vous comprendre : de découvrir, développer et utiliser votre potentiel. L’accompagnement individuel permet de progresser et de valider chaque étape. Un acheminement précis et progressif vers une fin totale de la timidité.

A qui s’adresse cette pratique ?

Le coaching de développement personnel s’adresse aux personnes qui s’interrogent sur elle- même, sur leur vie ou sur une situation particulière. En bref, chaque individu qui sent le besoin de comprendre, de changer, d’évoluer ou même d’avancer trouvera un bénéfice accru à cette pratique.

Les bénéfices au quotidien du coaching de développement personnel

Apprendre à s’affirmer, se développer, croire en soi sont les facteurs du développement personnel. Le coaching de développement personnel permet de vous réaliser en tant que personne et ainsi devenir acteur de sa vie.

  • • Gérer ses émotions
  • • Améliorer son estime de soi
  • • Prendre confiance
  • • Mobiliser ses ressources
  • • Vaincre une phobie
  • • Changer un comportement indésirable

Comment choisir son coach ?

Il n’y pas de méthode révolutionnaire de coaching. Chaque praticien utilise des outils similaires. Toutefois, la différence entre un coach et un autre se situe principalement dans l’approche : le feeling, la relation de confiance et d’échange que vous aurez avec votre coach, mais également la spécificité de celui-ci. Effectivement, chaque coach connait un domaine de prédilection qui pourra s’adapter ou non à vos besoins.

Séance de sophrologie

Mis au point en 1960 par le Dr Alfonso Caycedo, psychiatre colombien, la sophrologie est une méthode psycho-corporelle utilisée comme technique thérapeutique ou vécue comme une philosophie de vie. Le terme sophrologie symbolise étudie de l’harmonisation de la conscience. Principe exclusivement verbal et non tactile, la sophrologie emploie un ensemble de techniques qui vont à la fois agir sur le corps et sur le mental. Elle a pour objectif de mettre en place des exercices qui travaillent à la fois sur la respiration, la décontraction musculaire et la visualisation. Toutes ces pratiques permettraient de disposer d’une meilleure connaissance de soi et d’un bien-être généralisé. Préconisée pour lutter contre le stress et les angoisses, la sophrologie offre des outils permettant à chacun de retrouver un esprit zen.

Quels sont les bienfaits de la sophrologie ?

La sophrologie détient de nombreuses vertus ayant pour objectif l’optimisation d’une relaxation physique et mental. Celle aura des effets sur :

• Le sommeil. La sophrologie accompagne les personnes ayant des difficultés d’endormissements ou de réveils nocturnes.

• Le stress : la sophrologie apprend à lâcher-prise sur les contrariétés et mieux gérer ses émotions.

• La grossesse : elle accompagne les futures mamans avec plus de sérénité et de confiance.

• Les adolescents : la sophrologie les accompagne en travaillant sur l’acceptation de changements physiques et émotionnels.

• Les seniors : aide à bien vieillir et mieux vivre avec les effets qui peuvent accompagner le vieillissement

• Les douleurs : permet à l’individu de retrouver un équilibre entre son corps et son mental et mieux vivre avec ses douleurs. Ces dernières ne vont pas disparaitre mais seront mieux supportées par la personne qui en souffre.

• La détente corporelle : cette détente corporelle permettra une reconduction à vos sensations corporelles agréables, sans tension musculaire.

Comment se déroule une séance de sophrologie ?

Sachez qu’une séance dure 1 heure environ. Aucune tenue n’est exigée. La sophrologie se pratique généralement assis et debout. Lors de la première rencontre, le praticien procédera à un bilan de santé afin d’identifier les raisons du recours à la sophrologie. Par la suite, l’utilisateur se verra proposé différents exercices : relaxations dynamiques (stimulations corporelles associées à la respiration), ainsi que des sophronisations (visualisations d’images positives guidées par la voix du sophrologue). Enfin, la séance se termine généralement sur un temps d’échange qui permet cette fois d’exprimer au sophrologue les ressentis assimilés au cours de la séance.

Conclusion

Vous l’aurez compris, la timidité n’est pas un sentiment de gène intérieur à prendre à la légère. Il est important pour chacun d’en avoir connaissance et d’ainsi pouvoir en discuter. Restez seul n’est pas une solution. De nombreuses personnes en souffrent et cherchent à s’en émanciper. Chose qui, en tout point, n’est pas simple. Néanmoins, nous avons pu exposer quelques solutions basées principalement sur des thérapies naturelles qui, progressivement, on fait leurs preuves. Quoi qu’il en soit, il est primordial de bien s’entourer et de tout faire pour y guérir progressivement.

Nous espérons que cet écrit vous amènera à un questionnement pertinent des actions à mettre en place pour développer votre être intérieur. La timidité n’est pas une fin en soi, elle mérite d’être comprise pour mieux être déterminée et ainsi supprimée.

Blog